Casino se met à l’heure des alliances internationales

0

•Le groupe français a constitué une société commune avec l’espagnol DIA.•Elle visera essentiellement à consolider les achats des produits à leurs propres marques.

Après Intermarché en France, Dia à l’international. Un peu plus d’un an après l’annonce de l’alliance scellée avec les Mousquetaires afin de mutualiser les volumes à l’achat des « grandes marques « , le groupe Casino prend cette fois l’initiative avec le géant espagnol des supermarchés discount. Il a officialisé ce lundi dans un communiqué la création d’une société commune avec Dia, ICDC Services, confirmant une information du « Figaro « .

Mais il s’agit là « de coordonner les négociations d’achat de leurs marques distributeurs en Europe, en visant à terme une massification de près de 50 % des volumes « , précise Casino, qui réalise en France 42 % de son chiffre d’affaires (48,5 milliards d’euros en 2014), le solde venant de ses filiales sud-américaines et asiatiques, tandis que Dia concentre les deux tiers de ses ventes (9,4 milliards d’euros en 2014) dans la péninsule ibérique. Il s’agit aussi de créer « une des plus grandes plates-formes européennes de marques distributeurs « , affirme le distributeur, pour offrir des débouchés supplémentaires à leurs fournisseurs actuels.

Complémentarités

Cette alliance sera opérationnelle « dès les négociations commerciales 2016 » sous réserve de l’approbation des autorités de la concurrence, ajoute le distributeur en faisant valoir les complémentarités des implantations géographiques et des formats de magasins des deux groupes. De fait, Dia a quitté la France depuis la vente de ses magasins à Carrefour (Casino s’était à l’époque montré intéressé), tandis que le groupe dirigé par Jean-Charles Naouri est absent de la Péninsule ibérique.

En revanche, les deux distributeurs opèrent en Amérique latine, et là, cette alliance pourrait leur permettre de valoriser auprès des grands fournisseurs alimentaires « un portefeuille unique de services internationaux (ventes de données, aide au développement pays…) », souligne le communiqué.

Dans un contexte de guerre des prix dans la distribution européenne et de négociations commerciales très serrées, les distributeurs ont multiplié ces derniers temps ce type d’alliances (lire encadré ci-contre) afin de renforcer leur pouvoir de négociation à l’international.

A. Bo.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here