Natixis en position de relever de nouveaux défis

0

Au terme d’un plan stratégique lancé il y a quatre ans pour faire de Natixis l’usine de production des Caisses d’Epargne et des Banques Populaires, la filiale du groupe BPCE est prête à accélérer. Laurent Mignon, son directeur général, explique avoir, au cours du trimestre passé, engagé « une transformation profonde de [ses] organisations, de [ses] process et de [ses] façons de travailler « , en réduisant les lignes hiérarchiques et la taille des équipes pour les rendre plus agiles. Et de préciser : « Nous serons ainsi bien préparés pour démarrer notre prochain plan stratégique 2018-2020 », qui sera présenté le 20 novembre.

De fait, Natixis affiche des résultats solides : la banque a fait état, mardi, d’une hausse de 28 % de son résultat net trimestriel part du groupe, à 487 millions d’euros, pour un produit net bancaire (équivalent du chiffre d’affaires) de 2,41 milliards d’euros, en progression de 9 %. « Nos trois métiers coeur que sont l’épargne, la banque de grande clientèle et les services financiers spécialisés ont tous progressé « , s’est félicité Laurent Mignon.

Premier pôle, avec un peu plus de 1 milliard de chiffre d’affaires, en hausse de 16 % sur un an, la banque de grande clientèle a été portée par les métiers de Global Market (+20 %) et de banque d’investissement (+16 %), plus axée sur les activités peu gourmandes en capital, comme les fusions-acquisitions. Le pôle épargne, qui rassemble gestion d’actifs et assurance, enregistre 920 millions d’euros de chiffre d’affaires, en progression de 11 % sur un an. Natixis équipe complètement en assurance-vie le réseau des Caisses d’Epargne et compte bien devenir d’ici à cinq ans numéro deux du secteur.

Quant au troisième pôle, les services financiers spécialisés (347 millions d’euros de chiffre d’affaires, +2 % sur un an), qui abritent toutes les activités paiement du groupe BPCE, ses ambitions sont aussi importantes. Après avoir bouclé l’acquisition en avril de PayPlug, solution qui permet aux petits commerçants d’accepter des paiements par carte, le groupe est en passe d’ acquérir 50,04 % du capital de Dalenys, acteur ciblant les marchands de plus grande taille. Dans ce marché en pleine consolidation, le groupe se donne ainsi les moyens de son ambition : « Devenir l’un des leaders européens des paiements, en particulier dans les services aux marchands », précise Laurent Mignon.

@NinonRenaudSuivre

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here